IREM&S de Poitiers

Institut de Recherche sur l'Enseignement des Mathématiques et des Sciences

Composition du groupe

 

Joséphine Aubin, enseignant au LP2I et collège Saint Exupéry, Chasseneuil (86)

Philippe Chauvin, enseignant au lycée Aliénor d'Aquitaine, Poitiers (86)

Nathalie Chevalarias, enseignant au LP2I, Chasseneuil (86)

Frédéric de Ligt, enseignant au lycée Elie Vinet, Barbezieux (16)

Sébastien Dhérissard, enseignant au LP2I, Chasseneuil (86)

Dominique Gaud, enseignant retraité

Marc Grillet, enseignant au lycée du Bois d'Amour, Poitiers (86)

Loïc Jussiaume, enseignant retraité

Olivier Jutand, enseignant au lycée du Bois d'Amour, Poitiers (86)

Cyrille Kirch, enseignant au lycée du Bois d'Amour, Poitiers (86)

Bertrand Lebot, enseignant au lycée Jean Macé, Niort (79)

Anne-Valérie Marignan, enseignant au LP2I, Chasseneuil (86)

Walter Mesnier, enseignant au lycée du Bois d'Amour, Poitiers (86)

Julien Michel, enseignant-chercheur à l'Université de Poitiers, Chasseneuil (86)

Nicolas Minet, enseignant au lycée du Bois d'Amour, Poitiers (86)

 

 

(en cours de construction)

Problématique de l'enseignement par parcours :

présentation des PER par Y. Chevallard

Travaux parus :

Dernières brochures lycée

Contact :

Pour davantage de renseignements,

contacter Philippe Chauvin

Travaux du Groupe Collège-Primaire

 

Travaux déjà parus :

Vous trouverez sur cette page les travaux sous forme de brochures déjà parus : Les brochures du groupe collège.

Travaux en cours :

La plupart de nos travaux concernent les grandeurs dans notre enseignement, du CP à la troisième. Nous fédérons les collègues de primaire pour réfléchir à la définition des grandeurs dans les cycles 2 et 3.

Ainsi, nous proposons des travaux efficients, ayant fait leurs preuves dans les classes.

Pour l'année 2018-2019, les travaux portent sur :

Cycle 2

Cycle 3

Cycle 4

Longueurs au cycle 2

Aires au cycle 3

Durées au cycle 3

Masses au cycle 3

Aires au cycle 4

Durées au cycle 4

 

 

 

Problématique :

Pourquoi ?

  L’introduction du rapport de Charles Torossian et Cédric Villani met en évidence un contexte actuel préoccupant. Que faire ?

  Notre constat depuis de nombreuses années est que les savoirs, techniques et compétences mathématiques sont souvent présentés et travaillés de façon décontextualisée, sans liens entre eux ni avec la vie quotidienne, sans justification, et dans un contexte très « artificiel ». Une recherche IREM-INRP-Ifé visant à redynamiser l’enseignement des mathématiques, que nous avons débutée en 2004, nous a permis de mettre en évidence que les grandeurs sont à la fois l’origine et le lieu de vie des notions élémentaires des mathématiques. En étudiant ces grandeurs à partir des questions que se sont posées ou que se posent les hommes, nous retrouvons les contenus des programmes comme éléments de réponses à ces questions. Nous donnons ainsi un liant, une logique et donc du sens aux mathématiques enseignées tant pour le professeur que pour les élèves. 

  Cela permet de rendre notre enseignement motivé et motivant, et les connaissances du programme organisées et fonctionnelles. Notre travail s’inscrit dans un projet global de restructuration des contenus des programmes de mathématiques de l’école et du collège autour des grandeurs et de la vie des hommes.

Comment ?

  Pour les classes de cycles 3 et 4, nous proposons d’organiser le travail de l’année autour de l’étude de plusieurs grandeurs choisies parmi les suivantes : populations, angles, durées, aires, prix, volumes, longueurs, masses, chances, températures. Ces grandeurs, thèmes transversaux aux domaines du programme, constituent nos chapitres.

  Nous avons structuré l’étude de chaque grandeur autour de quelques grandes questions mathématiques : Comment définir ? Comment dénombrer ? Comment comparer ? Comment partager ? Comment mesurer ? Comment calculer ? Comment construire ? Comment prévoir ?

  Dans chaque nouveau chapitre, l’élève rencontre les mêmes grandes questions mathématiques, retrouve ou enrichit les outils et méthodes qu’il a déjà vus. Les notions et savoir-faire du programme ne sont plus vus comme des objets d’étude, mais se construisent comme des outils de réponse à ces questions.

  Pour mettre en œuvre l'ensemble des compétences du programme, nous élaborons pour chaque grandeur une banque de situations structurée autour des grandes questions et dont le contenu est ancré dans la vie des hommes, présente mais aussi passée. Ces situations permettent de travailler à la fois des compétences générales et des compétences mathématiques : lire un texte, une image, un document, comprendre une démarche, commenter et critiquer, modéliser, chercher, raisonner, représenter, calculer, construire…, et de le faire dans des contextes variés. À partir de cette banque, chacun peut personnaliser le parcours du chapitre qu’il va proposer à ses élèves et peut différencier les apprentissages des élèves.

  La multiplication des contextes, qu’offrent les différentes grandeurs étudiées pour un même savoir faire,  renforce la conceptualisation et l'appropriation des notions et techniques.

  Enfin, dans chaque grandeur nous proposons l’étude et la manipulation d’outils et d’instruments, actuels ou anciens, fournis ou créés, en lien avec divers métiers. La manipulation et l’expérimentation physique sont pour nous un levier fort pour acquérir les notions et savoir-faire du programme.

  Des brochures, et un espace numérique dédié, fournissent les éléments pour mettre en œuvre cette démarche.

 

Origine de la recherche

La recherche IREM/INRP à la base de l’Enseignement à partir des grandeurs

L’enseignement des mathématiques à partir des grandeurs s’enracine dans une recherche de 10 ans initiée en 2004 par la commission inter IREM Didactique en partenariat avec l’INRP, puis l’Ifé. L’IREM de Poitiers a été l’une des cinq équipes engagées. Cette recherche intitulée « Dynamiser l’étude des mathématiques dans l’enseignement secondaire par la mise en place d’Activités ou de Parcours d’Étude et de Recherche » avait pour motifs de redonner du sens aux mathématiques enseignées. Le projet s’est appuyé sur les concepts de la Théorie Anthropologique du Didactique (TAD) d’Yves Chevallard, et plus particulièrement sur les notions de questions génératrices et de parcours d’étude et de recherche. On en retrouve l’acronyme, PER, dans le nom du groupe de recherche CDAMPERES, devenu par la suite PERMES.

Dans la phase de recherche proprement dite, l’IREM de Poitiers s’est centré sur deux questions.
1) De quelles questions s’occupent les grands domaines des mathématiques ?
C’est cette enquête (historique et épistémologique) qui nous a permis de cibler de grandes questions à étudier permettant de structurer le savoir enseigné.
2) Où vivent, dans la vie passée et présente des hommes, les mathématiques au programme ?
C’est cette enquête (écologique) qui nous a amenés à choisir comme thèmes d’étude les grandeurs.

Dans la phase de conception d’une mise en œuvre pour les classes de collège, nous avons choisi comme entrée les grandeurs du programme qui sont devenues les chapitres de l’année. Chaque grandeur est étudiée à partir de quelques-unes des grandes questions que nous avions ciblées. Chaque question est étudiée à partir de situations de la vie des hommes. Le choix de ces situations est crucial, car c’est à partir de leur étude que vont être élaborées, et réinvesties, les connaissances au programme. Nous avons pour cela créé des banques dans lesquelles les enseignants peuvent choisir.

Le début de la mise en œuvre s’est fait en 2007-2008, en classe de 6e, expérimentée par tous les membres de l’équipe collège de l’IREM de Poitiers, dans leurs propres classes. Puis elle s’est étendue, via des stages de formation, proposés par l’IREM de Poitiers avec l’appui des IPR, à d’autres collègues de l’Académie. L’élaboration, à partir de 2009, de supports sous forme de brochures et d’un espace numérique dédié, a permis une diffusion plus large. La rédaction des nouveaux programmes par cycles, avec des attendus en fin de cycle, nous a amenés naturellement à étendre notre démarche de la 6e au cycle 3, et à poursuivre notre travail initial sur le cycle 4.

Notre proposition de cette nouvelle approche de l’enseignement des mathématiques au collège et à l’école a fait l’objet de nombreuses communications (colloques, congrès, conférences, revues), et est l’objet de plusieurs publications à l’IREM de Poitiers.

Références pour la recherche

Textes fondateurs et méthodologiques

http://educmath.ens-lyon.fr/Educmath/ressources/documents/cdamperes/textes-fondateurs

 

  • L’enseignement des mathématiques par parcours

De nombreux rapports et études déplorent depuis la fin des années 1990 la perte de sens et le désintérêt au collège et au lycée pour les sciences en général et les mathématiques en particulier.


L’IREM de Poitiers a orienté ses recherches depuis 2005 afin de redonner du sens aux mathématiques enseignées du cycle 3 à la Terminale, pour montrer que cette discipline n’est pas qu’un passage obligé de la réussite scolaire en France mais qu’elle permet, en interaction avec d’autres sciences, de se questionner sur le monde qui nous entoure.


La mise en oeuvre des recherches a été collective, en collaboration avec les autres IREM et l’INRP – devenu Ifé – qui a fourni un cadre institutionnel pendant une dizaine d’années.
La base théorique est celle des recherches en didactique des mathématiques de Yves Chevallard, et notamment la notion de parcours d'étude et de recherche (PER).


Le groupe collège et le groupe lycée de l’IREM de Poitiers ont écrit des parcours qui sont une alternative aux traditionnels chapitres des manuels scolaires, dont les tables des matières sont toutes plus ou moins isomorphes : en effet, un parcours a pour origine une question, à laquelle les mathématiques développées en classe permettent de répondre. Cela permet de comprendre pourquoi on fait des mathématiques.


Nous intégrons dans ces parcours de nombreuses compétences (démarche d'investigation, conjectures, usage de l'outil informatique ou numérique) Recherches historiques (D’où viennent les notions ? Dans quel contexte ont-elles été développées ?), écologique (Dans quels domaines de la vie courante ou des autres sciences les voit-on apparaître ?) et didactique (Comment les transmettre ?), comptes-rendus d'expériences en classe, banques d'exercices constituent le contenu de nos brochures à destination des enseignants et des formateurs d’enseignants en formation initiale et continue.


Ces thèmes se sont déployés dans les groupes dans les directions suivantes :
- Enseignement par les grandeurs au collège, structuration du programme et des notions autour de l’étude des grandeurs usuelles : longueurs, aires, volumes, angles, durées, prix, températures, …
- Parcours (interdisciplinaires) sur la géométrie, l’analyse, les statistiques et probabilités pour le groupe lycée, avec des contextualisations en démographie, optique, physique, …


Ces recherches donnent lieu à des publications de l’IREM et des articles dans des revues à destination des professeurs, notamment des revues de didactique des mathématiques.

 

  • Le projet Lexicon

« Le projet Lexicon, qui a débuté en 2014, est un projet international porté par l’université de Melbourne et piloté par David Clarke qui implique des équipes de neuf pays : Allemagne, Australie, Chili, Chine, Finlande, France, Japon, République Tchèque et USA. L’équipe française est le LDAR et elle travaille en collaboration, notamment, avec l’IREM de Poitiers.
Le projet repose sur l’idée que la domination internationale de l’anglais a limité l’accès des chercheurs et praticiens à la terminologie parfois sophistiquée qui existe dans d’autres langues et qui pourrait contribuer à notre compréhension des processus d’enseignement et apprentissage des mathématiques au sein de la classe, ainsi qu’à l’expression de l’expertise enseignante. »


Lire la suite sur https://www.ldar.website/lexicon

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (IREM_Poitiers_et_YC.pdf)IREM_Poitiers_et_YC.pdf[IREM de Poitiers et Yves Chevallard]156 Ko

Sous-catégories

Ce qui concerne les Recherches du groupe Collège

IREM&S de Poitiers
batiment H3
SP2MI Futuroscope
Boulevard Marie et Pierre Curie
TSA 61 125   
86 073 POITIERS Cedex 9

Téléphone : (33-0) 5 49 45 38 77

Fax : (33-0) 5 49 49 69 01

irem@math.univ-poitiers.fr

Permanence physique et téléphonique : 05 49 45 38 77 :
Lundi : 8h-12h35 et 13h20-16h35 ,
Mercredi : 8h-13H,
Vendredi  : 8h-12h35 et 13h20-17h20

Télétravail ( joignable par mail) Mardi et Jeudi


et si vous comptez nous rendre visite, il peut s'avérer utile de nous contacter par téléphone au préalable, suivant les périodes de l'année.

Plan d'accès : l'IREM est au rez de chaussée du bâtiment de Mathématiques du campus SP2MI de l'Université de Poitiers.

Coordonnées GPS : 46.65895, 0.36006

Accès par les bus Vitalis (de la ville de Poitiers) :
Ligne 1E Pôle Notre Dame – Futuroscope LPI arrêt Gustave Eiffel
Ligne 1 Miléterie Rond Point – Futuroscope LPI arrêt Gustave Eiffel

 Nos dernières publications

Collège-Ecole Lycée